Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Les maladies mitochondriales

Les maladies mitochondriales, maladies rares,maladies génétiques,

Une protéine pour bloquer la prolifération cancéreuse

Publié le 21 Juin 2013 par serge in maladies mitochondriales

Une protéine pour bloquer la prolifération cancéreuse

  

Des chercheurs américains ont identifié une protéine qui peut faire régresser des tumeurs, en stoppant la prolifération anormale des cellules cancéreuses.

20130621 manipUne nouvelle voie se dégage pour réparer certaines protections naturelles des cellules contre les atteintes qui conduisent à leur transformation en cellules cancéreuses. Le Dr Ramon Parsons, de l'université de New-York (États-Unis) s'est intéressé plus particulièrement au gène suppresseur de tumeur PTEN qui est inactif dans les cellules cancéreuses : la découverte d'une protéine pourrait permettre de rétablir son rôle inhibiteur de la croissance tumorale.

Les chercheurs savent que le gène PTEN est muté dans de nombreuses cellules cancéreuses, ce qui entraîne la perte de sa fonction de suppresseur de tumeur et permet la prolifération des cellules cancéreuses. Dans cette étude, l'équipe du Dr Parsons a mis au jour une variante de ce gène, nommée PTEN-Long, en raison de la plus grande taille de la protéine associée. Pourquoi s'intéresser à cette forme rallongée ? Car alors que la protéine « normale » ne peut agir qu'à l'intérieur de la cellule où elle est produite, la protéine rallongée peut sortir de la cellule qui la produit. Elle est ensuite capable de pénétrer dans d'autres cellules voisines qui sont privées de la protéine PTEN à cause d'une mutation délétère du gène associé. L'entrée de la protéine PTEN-Long dans ces cellules bloque alors certains mécanismes cellulaires impliqués dans la croissance, la prolifération et la survie des cellules cancéreuses et entraîne in fine leur mort.

Les premiers essais précliniques ont montré l'impact de la protéine PTEN-Long sur la réduction rapide du volume de tumeurs mammaires. La découverte de cette protéine pourrait ainsi constituer une piste intéressante pour une nouvelle thérapie anti-cancer.

G.F.
Source : B.D. Hopkins et al. A secreted PTEN phosphatase that enters cells to alter signaling and survival. Science. En ligne le 6 juin 2013.

Commenter cet article